Création

« Jamais aucun Viêt-Cong ne m’a traité de nègre. »                                   

Quand il était jeune, Cassius Clay courait sans but dans les rues de Louisville. Un policier le remarque et lui apprend la boxe: désormais, il va courir après quelque chose, une méthode, une discipline, une passion dans laquelle engouffrer toutes ses forces et sa volonté.

A l’âge de 27 ans, l'âge d'or pour un boxeur, malgré son talent, la Fédération lui retire sa licence de boxe parce qu'il avait refusé d'aller se battre au Vietnam. Après plusieurs années passées sans boxer, Mohammed Ali gravit à nouveau tous les échelons.

Kinshasa, 1974, le combat du siècle": Cassius Marcellus Clay devenu Mohammed Ali affronte George Foreman pour le titre de Champion du monde. Sur le papier, il est donné perdant. Impossible de battre ce colosse! Et pourtant... Avec un aplomb insensé, Ali va déjouer tous les pronostics et s'en tenir à son intuition, qui le mènera à un coup jamais tenté dans l'histoire de la boxe, et par là même au titre tant convoité.

S'il y a une ressemblance physique entre Etienne Minoungou et Mohammed Ali, c'est surtout au niveau de la psyché que la connexion nous intéresse. En effet, "à mi-vie", Etienne a souhaité s'interroger sur ce qui faisait qu'une existence était réussie. L'Afrique confronte ses habitants à de telles questions : relever des défis est activité quotidienne. Dès lors, qu'est-ce que : résister ? Trouver son chemin ? Gagner ? Vaincre ? Surmonter les épreuves et les coups du sort ? Croire en soi ? Sublimer sa solitude pour devenir, véritablement, un champion ?

La parole sur le ring du théâtre devient alors pour l’acteur une boxe pour déconstruire des préjugés tenaces, évoquer sa réalité de "combattant" africain, d'homme de culture au milieu des chantiers immenses à réaliser sur son continent, des frontières du monde qui s'élargissent ou se rétrécissent en fonction de la volonté de quelques-uns… Un passage de relais par delà l’espace et le temps entre deux combattants : l’afro-américain et l’africain.

De
Dieudonné Niangouna
Avec
Etienne Minoungou
Mise en scène
Jean Hamado Tiemtoré
Production
Compagnie Falinga Burkina Faso
Soutien
Ministère des Affaires Étrangères, Direction de la coopération au développement
Parrainage
TOTAL S.A.
Lundi 10 juin 2013
20:00 | Banannefabrik